8
Fév

Zoom sur Ginette Bastin : Haemera réenchante l’éclairage

Après une demi-vie passée dans les bureaux d’étude, la gestion de projets énergétiques et le conseil politique, Ginette Bastin a décidé de se consacrer à l’éclairage, sa passion. Pas seulement sous l’angle des économies d’énergie mais aussi et surtout sous celui du confort visuel. Parce que la qualité de l’éclairage influe directement sur notre bien-être et notre santé.

« La lumière a beau être visible, ses vibrations, sa densité, son flux, son intensité ne sont pas consciemment perceptibles, ces éléments contribuent à l’ambiance de l’espace »

Pas étonnant que cette ingénieure géologue de formation se soit inspirée de la légende de la déesse grecque du jour pour trouver le nom son cabinet de consultance : Haemera, avec un H majuscule pour souligner la place centrale de l’humain, apporte une valeur ajoutée à l’éclairage de l’industrie et du tertiaire (administration, grands bureaux, hôpitaux, etc.). Audits, analyse d’offres, modélisations, études, formations : « c’est en toute indépendance que je mets mon expertise au service de mes clients, car je ne suis liée à aucun fournisseur d’équipement », souligne-t-elle. Ils ne sont qu’une poignée à travailler de cette manière. Avec un seul et même objectif : proposer la solution idéale. 

© Vincent Foret / SOFAM, 2019 — www.vincentforet.photography

L’accompagnement qui permet d’illuminer le projet

C’est en 2014 qu’elle fait le choix de se consacrer à l’éclairage dans une approche de confort visuel. « J’avais été séduite par le concept d’Ingrid van Steenbergen du bureau ODID. A l’époque, je sortais de cinq ans de fonction au sein d’un cabinet ministériel. J’avais envie de passer des résultats des fichiers excell à la pratique sur le terrain. Ingrid a accepté de devenir ma mentore. Après un stage Forem à ses côtés, j’ai utilisé Smart pour effectuer des prestations ponctuelles. Il me restait à devoir m’installer à mon compte, ce qui me faisait peur. C’est pourquoi j’ai entrepris un parcours d’accompagnement, d’abord au sein d’une première structure, puis chez Azimut où l’esprit et le coaching me correspondaient mieux. J’ai été suivie par Florence qui m’a aidée à affiner mon projet. Ensemble, nous avons identifié le core business que j’ai testé sous couveuse pour être certaine de ne pas me tromper. Je suis allée aussi loin qu’il était possible avant de me lancer définitivement. »

Souvent, l’éclairage n’est analysé qu’en temps de retour d’investissement : « Il faut savoir que dans les LEDs, le pire côtoie le meilleur. Savez-vous par exemple que certaines installations LED sont à peine plus efficaces que des lampes à incandescence en termes de flux lumineux ? Que les performances peuvent varier d’un à quatre, ce qui est énorme ? » Du coup, ce qui est vite rentabilisé n’est pas toujours le maître choix. Ce constat est de plus en plus entendu.

L’étincelle d’une passion qui fait jaillir la lumière

« Avec mes partenaires, nous mettons un point d’honneur à rechercher la formule la plus économique et la plus confortable pour les utilisateurs : Haemera développe une activité de conseil auprès des chefs d’entreprises et architectes. « Dans un souci d’excellence professionnelle, nous nous appuyons sur un réseau d’experts indépendants alignés sur les mêmes valeurs. » 

Pour sensibiliser le plus grand nombre à l’importance d’un éclairage de qualité, elle offre des formations sur mesure pour les gestionnaires de projets d’éclairage : du mécanisme de la vision aux points d’attention de la technologie LED en passant par les normes en vigueur, les modules s’adaptent au niveau de connaissance des participants, à leurs besoins et enfin, au temps dont ils disposent. »

Le conseil de Ginette Bastin aux jeunes porteurs de projets ? « D’abord se faire confiance et écouter sa voix intérieure. Mais surtout se créer un réseau. Quand on a une bonne idée tout seul, il faut chercher à la rendre meilleure en s’associant des expertises et appuis extérieurs. C’est ce que j’ai fait et ça fonctionne ! »

Catégorie : Portrait d'entrepreneur